Pages

dimanche 14 août 2016

White God (2014) vostf



Réalisé par : Kornel Mundruczo
Avec : Zsofia Psotta, Sandor Zsoter, Lilli Horvath...
Durée : 1h58
Origine : Hongrie
Genre : Drame, anticipation
Note Imdb : 7,1
Qualité : Dvdrip vostfr





Film de genre surprise et indispensable que je tenais à faire découvrir ici même, et que j'avais proposé en amont il y a plusieurs mois sur un autre blog privé. Pour vous en parler je reprends donc mon avis critique pour l'occasion sur ce bijou du cinéma de genre hongrois : 


Rare sont les films ou j'ai ressenti dès les premières minutes, la sensation que j'allais assiter à une oeuvre qui allait me happer de bout en bout. La perle qui m'a procuré cet effet là instantanément et qui m'a transporté est ce fameux "White God" d'un certain "Kornel Mundruczo
(et dont le titre fait curieusement penser quelquepart à l'un des must du réalisateur Samuel Fuller, "White dog" en remplaçant le Dog par God, une sorte d'hommage caché ) et que j'avais découvert à "L'étrange festival" de Paris il y a deux ans. Une baffe, qui m'avait laissé bouche bée devant tant de talent. 
L'intéret dans ce festival étant de découvrir des films à part, venant d'horizons divers, comme la Hongrie d'ou est née ce bijou qui marquera longtemps mes rétines de spectateur devant tant de maitrise visuelle et de justesse de ton dans le scénario pour vous faire adhérer complètement à ce magnifique tour de force entre drame et anticipation et qui en termes d'émotions brutes tapent parfois la ou ca fait mal, mais pas seulement. 
C'est en tout cas ce que j'ai pu ressentir pendant la projection, et je pense que la salle (et les critiques également par la suite)  aussi au vu des quasiment 5 mn d'applaudissement à la fin du film ! Comme cette ivresse de bonheur sur certains films, d'avoir été un spectateur comblé à la première vision "d'Alien", de "Titanic" ou du "Labyrinthe de Pan".  
Eh oui, rare sont ces moments que l'on peut vivre, vous procurant le frisson durable d'avoir vu quelque chose d'unique, d'inoubliable dans votre vie de cinéphile, mais pas besoin d'en etre un pour reconnaitre les immenses qualités de cette fascinante révolte canine ( c'est pas un spoil je vous rassure, on le sait des le debut et le récit repart en flashback pour découvrir ce qui a pu se passer ) au parfum post apocalyptique par moments. La magie du 7eme art vient justement du fait de pouvoir vivre ça devant un grand écran. Mais  meme devant votre téléviseur, difficile, d'y etre totalement insensible, je confirme l'ayant revu avant de vous le proposer ! 
Ce n'est que mon avis, mais je n'ai pu résister à l'envie de le partager avec vous connaissant votre amour du cinéma de genre sur ce blog.
 Pour résumer un peu plus en détail ce que raconte "White god", disons que c'est le récit passionnant d'une jeune fille, dont le chien qu'elle adore, va etre abandonné par son père et qui en faisant tout pour le retrouver va s'apercevoir peu à peu que dans ce monde ou elle vit, les chiens ne font plus que servir davantage l'interet de personnes sans scrupule, sans respect, ni pitié ni morale, pour les exploiter notamment dans des combats, tout en les maltraitant régulièrement dans les refuges, faisant de nos (sois disant) amis "les animaux domestiques" des victimes constantes de la betise humaine. 

Mais il n'y pas de fumée sans feu, et disons que "les chiens" ne seront justement pas toujours les victimes du moins quand ils décident de passer à l'offensive et là le film devient fou, multipliant les plans d'une beauté abyssale ! Je me demande encore comment  ils ont fait sur le tournage, pour tourner certaines scènes, tant elles paraissent complexes à mettre en application. 
Notamment , ce sublime plan séquence d'ouverture, (techniquement c'est une claque !)  avec la fille qui traverse à vélo, une ville fantomatique ou le règne de la gent canine bat son plein ! et ou l'on voit celle ci arpenter les rues, pour apercevoir soudainement une multitude de chiens en arrière plan qui courent deriière elle ! 
Et croyez moi, dans "White God" il n'y pas un seul plan numérique, tout a été fait de façon ultra réaliste pour que le dégré d'immersion soit crédible. Les centaines de chiens qui déferlent partout, je dis bien partout dans la ville, sont bel et bien là, à l'écran ! un casse tete pour les dresseurs j'imagine ! (je posterais sans doute  le making off pour se rendre compte de la tache)  mais cela fonctionne à merveille,  magistral dans ses fulgurances visuelles !
 Au dela d'un conte moderne bouleversant sur une jeune fille qui à travers sa vie propre et son amour pour le chien qu'elle pense avoir perdu, va vivre la plus surprenante des aventures...


Lien dvdrip vostf ici



8 commentaires:

  1. Complètement d'accord, ce fût un vrai plaisir de cinéphile !
    Rarement vu un film aussi "costaud" ces dernières années !

    RépondreSupprimer
  2. Génial, je voulais vraiment le voir ! Un grand merci

    RépondreSupprimer
  3. Trés trés bon choix effectivement, merci ;)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, ce fut effectivement une trés belle découverte, a voir d'urgence.

    RépondreSupprimer
  5. Vous m’avez convaincu par votre mise en situation. Moi aussi je veux ressentir les mêmes frissons. Et je rajouterais, que ces bêtes (les chiens ici), victime de la solitude qui nous habite, qui trop souvent n’ont pour seule corvée que de remplir ce vide. Encore là, nous les utilisons à nos propres fins sans leur demander leur avis. Plus que dommage.

    RépondreSupprimer
  6. j'étais passé à côté, cet été. je vais rattraper cet oubli, ton commentaire m'ayant donné franchement envie de découvrir ce film. merci

    RépondreSupprimer