Pages

jeudi 12 novembre 2015

Porcherie (1969) vost




Réalisé par : Pier Paolo Pasolini
Avec : Jean-Pierre Léaud, Pierre Clémenti, Ugo Tognazzi
Durée : 1h38
Genre : drame, horreur
Note IMdb : 6,8
Qualité : Dvdrip vostfr




 Eternel cinéma de genre italien des années 60 a 80 !

subversif, engagé, provovateur, dénonciateur, corrosif, que d'adjectifs pour qualifier sa ténacité a montrer un monde gangréné par le pouvoir, la corruption,et toutes les formes de bassesse humaine. Enfin pour beaucoup d'entre eux....
Le film d'aujourd'hui montre à quel point l'être humain n'est autre que l'instrument d'un désir plus fort que lui. Avec "Porcherie" signé par l'un de maitres de ce cinéma qui vous retourne les sens au point de vous laisser avec mille et une questions... 
Quelques années avant l'immense choc que fut "Salo" en 1975 "Pasolini" signait donc de sa touche personnelle ce tableau en trois actes d'un constat édifiant sur le fait que l'homme n'a jamais évolué dans son histoire au point d'avoir toujours eu des instincts primitifs qu'il a sans cesse refoulés comme par exemple, le "cannibalisme", mais pas que ça.. Bien qu'on voit en effet des porcs dans le film, il est question ici, d'autres "porcs"sous toutes leurs formes et bien souvent le réalisateur n'a eu de cesse de montrer ce dont l'humain est capable pour arriver à ses fins ("Théorème", "Salo", "Oedipe roi" "Médée") . 
Toujours en accentuant l'aspect désespérant de la situation, il délivre une analyse virulente ou la politique capitaliste joue un role dans la société et sur la déviance cachée que celle ci propage, à travers son cynisme, parfois de l'humour mais aussi de la méchanceté et démontre encore une fois ce que les mauvais esprits peuvent façonnner à leur gré.
 En parallèle, il revient a des temps barbares pour montrer que le système n'est pas si éloigné que ce qu'a développé l'homme de pouvoir pour faire ressortir le versant le plus sombre de l'humanité.


Lien vost ici



4 commentaires:

  1. Tiens ! J'avais découvert ce film par hasard, probablement un enregistrement à la télévision française et, franchement, ce fut une découverte !

    La structure, le ton de l'œuvre, le ton des comédiens, l'apparente incohérence entre les histoires dont les thématiques se rejoignent et s'alignent parfaitement à la fin - signe que nous avons là un auteur ; c'est-à-dire quelqu'un qui maitrise parfaitement les effets sur le spectateur de son histoire - m'ont laissé un souvenir énorme...après m'avoir initialement grandement dérouté.

    C'est d'ailleurs un peu la marque de cet auteur : j'ai l'impression qu'il raconte plein d'histoires au sein d'une seule. Il n'y a guère que Fellini, avec par exemple Satyricon, qui parvient si bien à faire d'une pâte théâtreuse quelque chose de cohérent bien que j'ai eu l'impression de voir 20 histoires dans un même film !

    Bref, un véritable cinéma expérimental que ce porcherie, qui m'a laissé un vif souvenir et dont la vf était pas mal du tout !

    En revanche, si tout était parfaitement clair à la fin de ce film, je reste encore déconcerté par la fin de Salo...

    Pour finir, anecdote, j'avais entre mes mains la K7 VIP de Médée avec La Callas mais je ne sais plus à qui je l'avais transmise...
    De mémoire, le film débute par des plans esthétiques et l'histoire mettait pas mal de temps à débuter...

    Merci Atreyu !!!

    RépondreSupprimer
  2. Pauvres petits cochons !!!!
    Un animal méconnu aux ressources étonnantes,très intelligent , drôle , doué d'un flaire plus fin que celui du chien,capable de retourner seul à l'état sauvage et de survivre grâce à un sens de l'adaptation hors normes .
    Il ne sont aussi têtus ,agressifs que si ont les emmerdes et très rancunier (on devrait dire une mémoire de cochon)
    Bien traité ils sont reconnaissant et affectueux faut juste les laisser se goinfrer en paix;)
    Rien avoir avec ce qu'ils symbolisent en religion, littérature ou au cinéma:(
    Les méprise t'on a cause de leur aspect ou de leur ressemblance avec notre espèce? (bien plus répugnante)
    En tous cas un grand tour de cochon de Passolini

    https://youtu.be/GmCKvY684WI




    RépondreSupprimer
  3. Ha pas vu ce Pasolini, merci Atreyu.

    RépondreSupprimer