Pages

mercredi 22 avril 2015

Beau-père (1981) vf






Réalisé par : Bertrand Blier
Avec : Patrick Dewaere, Ariel Besse, Nicole Garcia, Maurice Ronet, Nathalie Baye...
Origine : France
Durée : 2h
Genre : Drame
Note Imdb : 7,3
Qualité : Dvdrip 





                                         "AMOUR INTERDIT"


Je ne suis pas contre le cinéma français, surtout quand il s'avère fort dans le genre dramatique. S'il y a bien un cinéaste français dont j'ai souvent apprécié la carrière, nul doute qu'avec le parcours de Bertrand Blier, il y a de quoi reconnaitre le talent du monsieur à travers beaucoup de ses films. 
Des "Valseuses" (1974) à "Préparez vos mouchoirs" (1977) en passant par "Tenue de soirée" (1986) , ou l'excellentissime "Buffet froid" (1979) , jusqu'à son dernier en date "Le Bruit des glaçons"
(2011Blier a souvent traité de sujets difficiles, de par leur caractère osé et provocateur, mais le point fort de ses films étant régulièrement la qualité de ses dialogues et son gout pour les personnages hors du commun. 
Delon dans "Notre histoire" (1984) , Dewaere et Depardieu dans "Les Valseuses" , Bernard Blier, Depardieu et Jean Carmet dans "Buffet froid", ses films sont un reflet de notre société, à travers des portraits cru et sans concession de la vie en générale et surtout de l'être humain. 
Avec ce que je considère comme l'un de ses plus beaux films sur un amour impossible, à savoir "Beau-Père" qu'il tourne en 1981. Il aborde cette fois de manière assez cru et démonstrative, un thème délicat proche de l'inceste, car de nature quasi-familiale. 
Une jeune fille de 14 ans ("Ariel Besse" dont ce fut le film le plsu important car après elle n'a plus fait grand chose) après avoir perdu sa mère dans un accident de voiture, doit choisir entre vivre avec son père ou son beau-père. Ayant déjà un immense désir de vivre avec son beau-père,  elle choisira de rester chez ce dernier, et va se sentir irrésistiblement attiré sexuellement par celui-ci au début puis sentimentalement par la suite. 
Patrick Dewaere, est excellent dans le role du beau-père, lui meme surpris par l"attitude insistante de celle ci ( sachant qu'il la considère comme sa propre fille) et de sa propre attitude qu'il aura du mal à réfréner tant le désir envers la fille de son ex-femme le ronge sans le vouloir, de l'intérieur. 
Comme j'ai dit, sujet ô combien controversé, puisque le film parle aussi d'un "interdit" que la morale réprouve, bien entendu. 
Cependant, sans prendre parti, Blier filme une histoire complexe et plutot intense ou il fait vivre ses personnages au dela des interdits justement, pour montrer combien le désir obsessionnel, charnel, et amoureux quelquesoit la différence d'âge, entre en ligne de compte. 
Le film va au bout de ce qu'il veut montrer ( les scènes de sexe sont d'ailleurs filmées de manière assez frontale et sans détour), comme toujours dans les films du réalisateur.


Un film incontournable donc, que je vous invite à découvrir sans plus tarder si vous l'avez manqué et qui reste toujours d'actualité. 


Lien



3 commentaires:

  1. Très beau film en effet mais Ariel Besse tourna aussi dans 'Mora' avec Leotard (film que je possède) et 'on s'en fout, nous on s'aime' + une télé en 2004.Elle
    serait postière dans le sud ouest, uncle Jack!.

    RépondreSupprimer
  2. Film superbe ou l'amour reste la pierre angulaire .
    Ariel Besse est d'un naturel désarmant face à l'incroyable Patrick Dewaere tout en sensibilité mélancolique .
    On voudrait chercher le malsain dans ce film qu'on y arriverait pas .
    Restent les sentiments contrariés de deux personnages en quete d'émotions .
    Dommage qu'Ariel Besse ne soit plus actrice ...

    RépondreSupprimer
  3. je m'en souviens sans plus aveuglé par "Lolita "?
    Par cette superbe chanson aussi :

    https://youtu.be/wZN6i_mfHn0

    Je reste légèrement mitigé avec Blier Junior ,provoquer le bourgeois c'est facile avec excès on frise le grotesque vulgaire sur la fin .
    Justement en général je n'aime pas la fin de ses films par contre l les fameux dialogues......
    Depuis aussi Gaspard Noet est allé jusqu'au bout avec son insoutenable "seul contre tous".









    RépondreSupprimer