Pages

mercredi 9 juillet 2014

La dernière corvée (1973) VF












Réalisé par : Hal Ashby
Avec : Jack Nicholson, Otis Young, Randy Quaid, Carol Kane....
Titre original : "The last detail"
Durée : 1h40
Genre : Comédie dramatique
Note IMDB : 7,6 (http://www.imdb.com/title/tt0070290/?ref_=fn_al_tt_1)
Qualité : Dvdrip vf (pas de vostfr)


















En ce mois de juillet, dès que j'ai un moment, je n'hésite pas a vous faire partager des films qui ont marqué l'histoire du cinéma, d'autres moins, mais sur ce blog, ceux que je choisi, que ce soit du nanar au chef d'oeuvre ont en général tous leur place à différents niveaux d'appréciation de chacun, cela va sans dire ! Bref, après le délirant "Divorce à l'italienne", sur lequel j'espère vous prendrez la peine d'émettre quelques commentaires histoire d'avoir un peu vos retours sur cette truculente réussite du cinéma de genre transalpin, je vous propose aujourd'hui de découvrir (ou pas) un passionnant film de la meilleure vague du 7ème art américain, avec cette pépite que représente à mes yeux (et ceux des critiques globalement), "La dernière corvée". Dans les années 70, l'aspect contestataire de certaines oeuvres donnent à réfléchir sur une société en perte de repères, des films comme "Easy Rider", "Zabriskie point", "Un justicier dans la ville", ou encore le sublime "Electra glide in blue" prouvent avec une certaine vérité l'implication des cinéastes à forger leurs propre opinions en dénonçant les institutions gouvernementales, ou autres organismes liées au pouvoir. Ainsi, avec le film de Hal Ashby ("Harold et Maude"), c'est l'armée ou plutot la marine et son sens du devoir et de la morale qui est remis en cause, dans une analyse plutot ironique et quasi anti-militariste de son système judiciaire. Avec une paire d'acteurs fabuleux que sont Jack Nicholson (prix d'interprétation au festival de Cannes) et Otis Young, le film d'Ashby, traite, sous forme de road movie, de l'histoire de 2 amis marins, que les questions vont submerger sur le bien fondé de l'accusation d'un des leurs, qu'ils doivent escorter jusqu'a une prison militaire. "La dernière corvée" est donc structuré sur la proposition d'un chemin initiatique, qui déterminera le choix final de ces hommes quant à leur manière de penser et d'agir face à une situation se présentant comme un dilemme. 



Lien : reup a venir courant mai 2016
                                                         

                       

2 commentaires:

  1. Toute occasion de se souvenir de Hal Ashby est bienvenue .
    Realisateur hippie du nouvel Hollywood et auteur du culte " Harold et Maude " , il incarna plus que d'autres cette epoque eprise de liberte mais aussi de remise en question d'un modele de societe a bout de souffle .
    Avant les 80's et sa cohorte de yuppies , il proposa de suivre des heros perfectibles et attachants , et son cinema est d'une grande sensibilite .
    Nicholson , tout comme dans " 5 easy pieces " ou " profession reporter " , incarne parfaitement cet homo americanus revenu de ses illusions et dont les choix pour son futur seront determinants .
    Atreyu , toujours aussi bon pour sortir des sentiers battus et donner a voir des films magnifiques .

    RépondreSupprimer
  2. "La Dernière Corvée reçut trois nominations aux Oscars, Randy Quaid pour le Meilleur Second Rôle, Towne pour le Scénario, et Nicholson pour le Meilleur Acteur. Begelman qui avait prévu ce couronnement, avait retiré brusquement le film de l'affiche après les premières projections de décembre 1973, afin de le ressortir au printemps 1974 pour bénéficier de "l'effet Oscar". Mal lui en a pris car si le succès avait été fulgurant en 1973, l'effet s'était dissipé en 1974. Cette stratégie tua littéralement La Dernière Corvée, qui reste pourtant, de l'avis de tous, un des plus grands films de cette époque, un réel chef-d'oeuvre magistralement écrit, mis en scène et interprété par Nicholson plus à l'aise que jamais avec la partition provocante de Towne, véritable tremplin pour son talent. Le travail d'Ashby sur le rythme du film, sur la succession de scènes où se cristallisent les thèmes principaux et de celles où ils se dissipent, sur les séquences d'action et sur celles de contemplation est une pure merveille." (pages 209 et 210, Le Nouvel Hollywood de Peter Biskind)

    Mon MKV VF/VOST:

    http://www.multiup.org/fr/download/a2bdab8e3b21b4a53a8de425ab4a2c1e/DERNIERECORVEE_byLOCO.rar

    ;)

    RépondreSupprimer